2022 – Stage de chant : Le crépuscule transfiguré

Chargement Évènements

« All Évènements

  • Cet évènement est passé

2022 – Stage de chant : Le crépuscule transfiguré

16 juillet @ 10:00 - 25 juillet @ 17:00

Choeur du CIRMA

Le crépuscule transfiguré

Sous la direction de Marcel Pérès

Marcel Pérès propose une session très spéciale consacrée à la création de sa dernière composition Le crépucule transfiguré initié en Juillet 2020 dans le Cloître de Moissac.
Ce stage abordera les Chants moissagais des XIe et XXIe siècles.

Le crépuscule signifie ici cette quête vers les rivages les plus proches de l’endroit  où le soleil disparaît, matérialisé dans l’imaginaire médiéval par le lieu du sépulcre de Jacques, l’apôtre de l’Occident, celui qui, avec Pierre et Jean, fut le témoin de la Transfiguration de Jésus sur le mont Tabor. Pour les millions d’hommes, ceux qui ont construit et parcouru les chemins vers Compostela, Jacques est d’abord celui qui conduit vers le Christ transfiguré, comme le révèle le calendrier liturgique qui situe le jour de la transfiguration douze jours après la fête de Saint Jacques.

Ce « Crépuscule Transfiguré » associe la fascination de cette quête vers le couchant – métaphore, depuis des temps immémoriaux, de la lente et inexorable progression vers les rivages de la mort – avec l’éclat du mystère de la Transfiguration dans lequel le passé, le présent et le futur se révèlent être les rayons distincts d’une même source lumineuse. Pour esquisser cette fresque, j’ai construit un dialogue entre des textes et des chants créés à Moissac au XIe siècle à d’autres que j’ai composé, au cours de mon séjour à Moissac au début du XXIe siècle.

La poésie composée à Moissac au XIe siècle est peu connue, seuls quelques rares spécialistes y ont appliqué leur attention. Elle est écrite dans un latin lumineux, très compact, imprégné de références bibliques et métaphysiques très denses, difficiles à comprendre lorsque l’on méconnaît le monde des symboles de cette époque dont la liturgie était le principal accès. Les hommes qui ont écrit ces textes sont les mêmes qui ont construit les monuments et ciselé les sculptures qui aujourd’hui encore constituent la richesse de Moissac. Par leurs écrits nous entrons directement dans leur imaginaire.  S’ouvre à nous un univers qui scintille de références multiples à l’homme pris comme un élément moteur dans l’architecture de l’Univers.

Par sa nature physique, l’homme résume en lui toutes les données qui depuis le commencement des mondes ont progressivement constitué le vivant. De part ses capacités intellectuelles, il dispose de la faculté de relier dans un ample mouvement de compréhension les différents paramètres qui constituent les lois du cosmos. L’homme possède également la faculté de s’émouvoir, c’est à dire de sentir intérieurement les infinis mouvements de l’âme que constituent les joies, les peines, les motivations du vivant. Se fondant sur cette expérience il a la capacité de percevoir derrière les faits le sens du temps. Sens linéaire qui le conduit d’un présent vers un devenir en élargissant continuellement le champ du passé ; sens métaphysique, en discernant dans ce continuum les actions qui se révèlent l’expression de constructions symboliques, suggérées par les récits des textes sacrés  qui, grâce à la puissance de la notion de Verbe, deviennent le ferment qui construit l’homme comme le médiateur par lequel le monde se récapitule, c’est à dire abolit les frontières entre la matière, la pensée, le temps et l’espace. La clé de cette transfiguration de l’Univers se situant dans la contemplation du principe révélé dans le Christianisme auquel fait référence le mot grec Logos, Verbum en latin.

Les hommes qui vécurent à Moissac, il y a mille ans, ont porté à son plus haut point cette expérience de l’Incarnation du Verbe. Ce qu’ils ont exprimé de leur compréhension de la place de l’homme dans l’Univers, constitue encore aujourd’hui un patrimoine qui continue à faire vivre les populations locales et à attirer les hommes de bonnes volontés qui viennent ici goûter les vestiges de ce que les anciens vécurent.

Les textes que nous avons écrits s’inspirent directement du ton directe, symbolique, allant résolument à l’essentiel sans préambule. Nos traductions des textes latins tentent de préciser le sens exact tout en conservant le style déclamatoire et le ton prophétique de l’original.

Trois axes structurent l’œuvre :

  • Le pèlerinage vers Saint Jacques de Compostelle désigné ici comme le mouvement qui conduit vers le crépuscule, aux extrémités de la terre, et dont les modalités sont inscrites dans la pierre.
  • Moissac, cité où le Verbe a fait sa demeure dans la pierre, référence au tympan et à la Jérusalem céleste, construite au sommet de la tour, selon les descriptions qui figurent dans l’Apocalypse.
  • Moissac cité des anges, thématique largement illustrée dans la poésie moissagaise du XIe siècle.

Ce stage sera complété par de l’expression scénique avec La Cie La Baraque.

Participation aux concerts de fin de stage (24 et 25 juillet Horaires à définir) dans le Clôître de Moissac.

Stage du 16 au 25 juillet 2022

Frais pédagogiques : 260 € + 30 € Adhésion Annuelle 2022

Ces frais pédagogiques n’incluent pas l’hébergement ni les repas. Plusieurs offres d’hébergements disponibles sur Moissac, plus d’infos sur le site internet  de l’ancien carmel  https://www.lanciencarmelmoissac.com/fr/ mais aussi sur le site de l’office du tourisme intercommunal https://www.tourisme-moissac-terresdesconfluences.fr/fr

Pré-Inscription au 05 63 95 02 91 ou par mail sur ensembleorganum@yahoo.fr

Détails

Début :
16 juillet @ 10:00
Fin :
25 juillet @ 17:00
Catégories d’Évènement:
,

Lieu

Moissac
MOISSAC, 82200 France + Google Map
Téléphone :
0563920291
Site Web :
https://www.moissac.fr/

Organisateur

CIRMA
Téléphone :
+33 (0)5 63 95 02 91

Autres

Intervenants
Marcel Pérès